Remonter
30 Mai

L’histoire de mon accouchement

C

hut !!!!! Il ne faut pas en parler… Chaque accouchement se passe bien car il ne faut pas effrayer les futures mamans et moi-même, quand on me demandait « Alors, l’accouchement s’est bien passé ? » Difficile de dire : « Non, c’était horrible !!!!!!! » alors toutes les mêmes… « Oui, oui, très bien »

Mais c’est juste un cri de douleur que j’ai envie de dire aujourd’hui… 7 ans après l’arrivée de mon p’tit cœur, je dois encore me débattre avec cette douleur que j’avais mise au fin fond de mon esprit mais qui ressort à présent.

Voici l’histoire de mon accouchement :

Après avoir perdue les eaux vers 20h, nous allons à la maternité, tout se passe bien… Travail normal en cours. Au bout d’1h, selon la sage-femme, Yo peut même aller diner tranquille car nous avons le temps avant l’arrivée de notre petite merveille. Alors tranquillement, je patiente et Yo s’en va.

Quelques minutes plus tard, les choses s’accélèrent, petite puce a décidé de venir. Je stresse car je n’arrive pas à joindre Yo et j’aimerais qu’il soit là… 30 min de contraction de plus en plus forte seule dans ma chambre.

Et voilà le moment de m’emmener dans la salle d’accouchement, Yo arrive, je me sens soulagée.

Tout se passe pour le mieux, la douleur est de plus en plus importante mais ça va. L’anesthésiste vient pour la péridurale et je suis hyper sereine pendant quelques secondes jusqu’à me rendre compte que la péridurale de fonctionne pas. L’anesthésiste ne me croit pas, il vérifie et selon lui, tout est bien en place.

Je sens la moindre petite douleur qui passe en moi mais je me dis, qu’après tout, beaucoup de femmes ont accouchées sans péridurale alors pourquoi pas moi ?!?! Euh, ça, vous allez savoir assez vite pourquoi pas moi !!

Au bout de quelques longues heures, la sage-femme nous indique qu’elle doit appeler le chirurgien et des collègues sages-femmes car notre petite puce ne descend pas. Une, deux, trois personnes viendront tour à tour découvrir mon anatomie interne pour comprendre ce qu’il se passe.

Et puis, le verdict, notre bébé a la tête coincée… En quelques secondes, minutes, je me retrouve au milieu d’une salle, seule et totalement nue.

Imaginez une baleine échouée, sur une plage, avec pleins de personnes qui tournent autour, la baleine ne sait pas si les personnes lui veulent du bien ou du mal. Elle ne comprend pas ce qui se passe autour d’elle. Et bien, ce jour-là, c’était moi cette baleine.

Je ne comprends rien, Yo n’est plus là ! Des médecins gravitent autour sans même me parler. Sans même faire attention à ma présence et puis ils s’approchent. Un médecin commence à me couper le ventre. Je ressens une douleur insupportable. Les gens s’affolent. Je me souviens… je leur ai dit que la péridurale ne fonctionnait pas et là, ils me croient car avec le drap devant moi, je ne pouvais pas savoir qu’ils me coupaient… Je leur en veux de ne pas m’avoir cru !!!!

Sans aucune explication, j’ai un masque sur le visage. Je m’endors en ayant ces derniers mots qui résonnent encore en moi : « Oh, mince, il n’était pas dedans ! »

J’imagine, à ce moment, un grand silence. Un blanc qui habille ce moment de vie. Ce flou dans ma tête. Je ne sais pas où je suis. Je suis perdue. Je me réveille, trouve une photo d’une petite fille posée sur mon ventre. Je la regarde, elle a l’air d’aller bien. Ces quelques secondes sans savoir m’ont parues des heures interminables.

Où est ma fille ?

Une infirmière me dit que : « Tout s’est bien passé » – Tu crois vraiment que l’on peut dire ça après ce que je viens de vivre !!!!

On me remonte à ma chambre et je vois ce p’tit bout de chou magnifique qui dort paisiblement. Une merveille qui me redonne un sourire sans nom. La joie d’être là, à cet instant, ensemble, pour toujours…

Et Yo est épuisé. Quand notre fille est née, c’était l’heure du passage de l’équipe de nuit à l’équipe de jour. L’équipe de nuit a mis notre bébé dans les bras de Yo et l’équipe de jour n’a pas fait le relai. Yo a passé 1h debout, dans un couloir avec notre puce dans les bras. Après quelques demandes, on l’a quand même emmené vers une chambre ou il a pu s’assoir avec notre petite fille.

Je ne remercierai jamais assez la sage-femme qui est venue me voir le lendemain pour s’excuser de tout ce qui s’était passé car elle se sentait aussi mal que moi des évènements survenus. Elle a vu, elle aussi, cette baleine échouée mais elle ne pouvait rien faire. Elle m’a soutenu et écouté.

Et effectivement, je comprends maintenant ce que disait cette infirmière, en fin de compte : « Tout s’est bien passé !!! »

Working Girl
6b1ad9e308bd4ce76c79f43951ca54c2wwww