Remonter
4 Nov

Attentat du 13 Novembre 2015 : Paroles d’enfant !!

vPRAY-for-paris

Lundi 16 Novembre 2015, il est 06h35 et je suis dans le train de Rennes en direction de Paris. Beaucoup de pensées trottent dans ma tête, trop de pensées même car je n’arrive pas à faire le tri ! Tout défile à une allure folle en repensant à tous les évènements du week-end…

Après avoir fait notr16e euromillion habituel du vendredi 13, nous rentrons à la maison en famille avec ce petit quotidien simple et heureux : nous préparons le repas du soir car Mamie Aulga vient diner à la maison… Pas de télé, pas de radio, des discussions basiques autour de notre fille Rosy, nos travails et la vie !!

Vers 23h00, Mamie Aulga rentre chez elle, Rosy va se coucher et un petit regard vers Facebook avant de dormir.

STOP !!!! STUPEUR !!!!

Des amis, sur Paris, ont écrits un message : « Vous inquiétez pas !! On est enfermé dans le théâtre. On est à l’abris » En quelques secondes, j’allume la télé et vois ce qu’il se passe. Émotions, effroi, un sentiment d’incompréhension me gonfle le cœur et je pense fort à mes amis qui font leur première sortie en amoureux depuis la naissance de leur petite fille et qui sont là-bas, à 700m du Bataclan ! En sécurité comme ils le disent mais pour combien de temps et dans quelles conditions ? Après 5 heures d’attente, ils sont rentrés chez eux sains et saufs ! Alors, on pense à toutes les autres personnes que l’on ne connait pas mais pour qui, nous avons une peine non mesurable !!!

Je n’arrive pas à imaginer ce que l’on peut ressentir pendant cette attente quand on sait que pas très loin, les victimes s’accumulent dans des mares de sang, une vision de guerre que l’on n’aurait pas cru voir !

Nous nous couchons le cœur très lourd…

Samedi matin, la vie continu et c’est l’heure d’amener Rosy à la danse alors nous montons dans la voiture et sans faire attention, j’allume la radio qui parle, bien sûr des attentats de la veille… Et, j’entends une petite voix derrière moi qui me dit : « Maman, y’a des morts à Paris ? » Quelle idiote, je n’ai même pas fait attention à mettre de la musique !!! Alors je baisse le son et passe en mode explication d’un attentat à une petite fille de 5 ans et demi :

Rosy, il s’est passé quelque chose de grave à Paris, des méchantes personnes sont allés dans les rues avec des fusils et ont tués d’autres personnes. Il y a beaucoup de morts et de blessés mais les policiers sont là et ils vont nous protéger »

Réaction de Rosy :

« Donc, c’est comme pendant la guerre, tu sais, on a fait la commémoration du 11 novembre et la maitresse a dit qu’avant, La Gouesnière (notre ville) était en danger mais qu’elle était maintenant sauvée grâce aux soldats qui avaient faits la guerre mais maintenant, c’est Paris qui est en danger, il faut que des hommes reçoivent des lettres leur disant d’aller sauver Paris »

Wouahhh, je reste bouche bée car je ne m’attendais pas du tout à cette réponse qui me paraît cohérente et me fait penser que Rosy a compris mon explication car j’avais vraiment peur de faire un impair et créer un sentiment de panique dans son esprit !

« Et, pourquoi, ils n’ont pas pris des faux pistolets s’ils voulaient jouer à faire la guerre ? »

Car ce n’est pas un jeu. Ils sont justes méchants et veulent faire du mal.

« Mais, tu vas à Paris, toi, pour ton travail alors tu vas être en danger ? »

Comment expliquer à une si jeune enfant ce que, même nous, nous avons du mal à décrire. Cette émotion et cette sensation de peur car oui, j’ai peur d’aller à Paris mais je ne veux pas qu’elle le ressente alors il était important qu’elle sache que les policiers sont là pour nous protéger de ces méchantes personnes.

« Mais, ils étaient où les policiers avant ?

Oui, hein, ils étaient où les policiers avant ? Eux aussi, ont des familles donc ils étaient comme nous, en train de diner en famille et il fallait leur laisser le temps d’arriver pour sauver le monde présent.

« Alors, c’est comme Vico (notre chien) et Lila (le chien de Papi Bateau), ils sont morts eux aussi, nous sommes tristes, on continu quand même de rigoler mais on n’oublie pas !! »

Et c’est bien ça ce qu’il nous reste, ce que j’ai envie de garder de cette pensée innocente d’une petite fille de 5 ans et demi :

« On continu mais on n’oublie pas !!!! »

Pensées à toutes les victimes #prayforparis

workinggirl
2ca4804ec683d95e4029053378edafd9ppppppppp